Première rencontre à Singapour : Ecosoftt

Après les péripéties d’une nuit compliquée entre deux avions, deux réalités, abrutis par les news dans une langue indéterminée dans un sombre terminal de l’aéroport de Colombo, nous voilà projetés à Singapour. Retour à la civilisation pour le moins brutal après le dédale de Chennai. Nous arrivons tant bien que mal devant un petit immeuble de trois étages, béton lissé, des grands couloirs aux immenses portes mystérieuses, ambiance entre loft, coffre fort et laboratoire de scientifiques fous, la réalité est toute autre, derrière ces grandes portes, avec une bonne ribambelle de start-up, se concentre une bonne part de l’innovation singapourienne.

#03-10 : étage 3, porte mystérieuse numéro 10, Bienvenus à Ecosoftt.

ecologo_new

Chez Ecosoftt, on a une conviction bien ancrée : la décentralisation des système de traitement des eaux usées. L’idée : aujourd’hui on ne jure que par les grosses usines centralisées, mais celle-ci coûtent chères, exigent une maintenance compliquées et sont chronophages. Mais toutes les villes ne sont pas capables d’assumer de tels coûts et surtout, ces grandes structures, intégrées à un réseau laissent de côté toutes les communautés excentrées, éloignées, exclues du réseau car pas assez rentables.

Alors Ecosoftt propose différentes solutions techniques simples, low-tech, low cost et bien sûr écologiques ! Ces solutions sont adaptables à différentes échelles, du resort exilé au campus perdu en passant par les résidences vertes.

waterwastewater-01

Les objectifs de cette petite start-up qui en moins de 4 ans a déjà accompli des miracles, pour les communautés transformées par leur programme, sont ambitieux :

  • Réduire de 50% l’empreinte hydrique
  • Réutiliser 80% des eaux usées traitées.
  • Utiliser l’eau potable uniquement pour boire

En effet, les chiffres sont bien là : l’eau potable représente moins de 1% des réserves d’eau mondiales, la quantité totale d’eau présente sur Terre est une constante, l’eau potable représente seulement 2% de l’empreinte hydrique d’une personne et pourtant nous continuons d’utiliser de l’eau potable pour se laver, tirer la chasse, arroser nos plantes ou laver notre voiture et dans les pays en voie de développement, plus de 70% des eaux usées sont rejetées dans la nature sans aucun traitement. Dans ce contexte il est donc urgent d’agir et ça Ecosoftt l’a bien compris, et pour cela 3 types de solutions techniques sont actuellement commercialisés :

  • un bioréacteur à base de vers, de terre, de filtres de sable et de graviers suivi d’un traitement de purification par les UV produisant, des fertilisants, et de l’eau pouvant être utilisée pour l’irrigation, tous les usages autres que la boisson et la recharge des nappes.
  • Le système Poseidon, qui dans une même cuve grâce à un ingénieux système de recirculation met en place à la fois un traitement aérobique, anaérobique et anoxique, permettant une réduction du temps de traitement et une solution extrêmement compacte ! A la sortie de l’eau prête à être réutilisée dans votre douche, votre chasse d’eau ou votre cuisine.
  • Le système AIRR (Air Intermittent Recirculating Reactor), combinant microorganisme et recirculation.

Les points communs de toutes ces techniques : pas de maintenance, une très faible consommation d’énergie, pas de production de boues, pas d’odeurs, adaptable à différentes échelles.

Si Ecosoftt s’était contenté de tout ça, on aurait déjà qualifié cela de prouesse, mais loin de s’arrêter là Ecosoftt est une entreprise sociale qui en créant SAAMARTH, une ONG, en Inde en 2014 et en y réinvestissant 60% de ses profits, s’est mis en marche pour son but final : s’engager auprès de 10 000 communautés en s’attaquant au domaine du traitement des eaux usées et de l’accès à l’eau. Ainsi aujourd’hui déjà trois villages indiens profitent du programme mis en place par Ecosoftt c’est à dire entre autres : des toilettes individuels avec système de chasse d’eau, des salles de bain individuelles, des sytèmes de traitement des eaux usées low-tech, un accès à l’eau potable, la recharge des nappes phréatiques et la protection des rivières.

Et parce qu’on en fini jamais, Ecosoftt a aussi mis en place un programme d’éducation complet sur l’eau, adapté aux différents âges et niveaux de connaissances.

Nous avons clos notre rencontre avec une visite de l’usine test à CleanTech 1, batiment vert de NTU (Nanyang Technological University) où Ecosoftt tente de convaincre le gouvernement singapourien de la qualité de sa solution.

 

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s