Incredible India

WELCOME TO INCREDIBLE INDIA !

A la sortie de l’avion, première expérience visuelle de l’Inde : un immense panneau publicitaire qui vous montre des visages d’indiens souriant, de paysages magnifiques, des tigres, le Taj Mahal… Le fond kitsch vous rappelle quand même que vous êtes bien arrivés en Inde.

Capture d’écran 2016-07-24 à 17.28.47

A ce moment-là, toutes les descriptions de mes amis, grandes sœurs, parents me sont revenues en tête bien qu’il soit 23h30 et qu’il nous reste bien 3 heures avant d’arriver dans notre lit : « tu verras l’inde, c’est dur, l’inde, il y a beaucoup de pauvres et la nourriture est très épicée » « J’ai attrapé une tourista, c’est courant là-bas ». J’étais armé en sortant de l’aéroport, prêt à en découdre avec une marée humaine, avec des mendiants, avec des vendeurs de nourriture épicée armés de leurs piments rouges. Et finalement, rien… L’aéroport était vide, nous avons trouvé un taxi en 5 minutes et sommes partis directement pour nous retrouver à 2h du matin dans un petit havre de paix, une immense maison coloniale défraichie, avec ses hauts plafonds, ses grandes persiennes sur la cour de la mosquée et sa peinture qui s’écaille, dans le quartier musulman du bord de mer de Chennai …

Allez, c’était la nuit. Les indiens dorment à minuit. Demain, ce sera une autre paire de manches. Le lendemain matin, rien… Les rues sont encombrées mais sans plus. Il y a du bruit mais sans plus. Les dosas sont très bonnes et pas de tourista…. La pauvreté est bien présente mais loin de l’idée que je m’en faisais. Léa en avait un souvenir très différent. Et là, les premiers doutes…

Est-on bien arrivé en Inde ? Ça, à priori, on ne peut pas s’être trompé…
Est-on allé seulement dans les quartiers ultra protégés et aisés ? Oui, surement, on est allé dans les quartiers touristiques et plutôt riches mais comme nos prédécesseurs avant nous.
S’est-t-on habitué à ce genre de villes après notre passage à Dhaka ? C’est peut-être ici que réside la réponse. Mine de rien, sans vous prévenir et pernicieusement, le voyage vous change, vous modèle, modifie vos références. Et nous nous sommes peut-être habitués à tout cela… L’être humain semble avoir une capacité à tout accepter, à s’adapter à toute situation.
Rassurant ou effrayant ? On est à la fois fier d’arriver à se sentir chez soi aux quatre coins du monde, de se fondre comme on peut dans cette grande masse, et de jouer à celui qui aura l’air le plus local dans ses manières. Et pourtant a-t-on vraiment envie de s’habituer à tout ça, et que cela devienne quasiment normal, ou du moins de nous violente plus autant qu’avant.
Nous voilà arrivés en Inde, loin de l’image que je m’en faisais. Et pourtant… Pourtant il est impossible de décrire ce que nous avons vu depuis une semaine. Comment décrire, cette agitation de tous les instants avec ces bruits de klaxon perpétuels, cette circulation si intense à deux pas des lieux de calme absolu que sont les ashrams, ces lieux de retraite spirituelle ? Comment vous décrire la sensation que vous éprouvez quand au milieu d’une rue de Pondichéry vous apercevez un éléphant maquillé bénissant des hindous à la file ? Comment vous décrire cet instant, où au milieu d’une discussion, deux cents vaches sacrées avec leurs clochettes accrochées au cou débarquent ?

Tout ça c’est l’inde, et ce n’est que le début ! alors oui, WELCOME TO INCREDIBLE INDIA