La Mer Morte et 7l d’eau par jour

24 avril 2016

pano_merMorte copie

lea_mermorte

pe_mermorte2

On a pensé à  vous pour notre escapade du weekend et on a décidé  d’expérimenter la vie avec 7l d’eau par jour.
Bon ok on avait aussi pas de sous pour se payer un hôtel au bord de la mer morte  et on a donc choisi le camping sauvage.
Résultat : le premier soir, énorme échec, la plage qu’on visait est détruite, anéantie par un des fameux gouffres de la mer morte (du genre qui s’ouvre sous vos pieds et vous englouti!), route barrée, station service désaffectée, sanitaires détruits,  bref niveau glauque c’etait plutôt pas mal. On essaye donc de stopper une voiture pour avoir des  explications et surtout quelques conseils. Après 2,3 échecs,  un bus d’école version décoration dora l’exploratrice s’arrête. Deux hommes, un enfant, adorables. Pas de chance ils parlent arabe, et nous les deux niais avec nos 6 mois d’arabe il y a plus d’un an, nous sommes incapables d’aligner deux mots. Devant nos incompréhensions mutuelles ils nous font monter. Tellement soulagés d’échapper au pseudo village fantôme, on ne sait pas où on va mais on est les plus heureux du monde.
On fini par se faire déposer au village suivant, avec des choukran beaucoup, ismi léa, ismi pierre à  n’en plus finir. Bienvenus à Ein Bokek. Fatale erreur.
Nous voilà aux flots bleus, une nuée de touristes russes, des grands hotels,  des coups de soleil rouge brique et même  un Mc Do au beau milieu du désert… enfer & damnation.
On vise la plage municipale qui nous parait être un bon dortoir. Oublie, vers 5h du matin on fini par abdiquer et accepter que cette plage est tout simplement la continuité  de la maison des locaux, d’aperos en grillades, de grillades en after fanta&chicha, toute la communauté  musulmane de Ein Bokek a élu domicile dans notre chambre et c’est salle comble de 20h à 5h.
Tableau assez pittoresque cependant quand on ouvre l’oeil à 6h dans nos duvets, à 2m de la mer morte, au beau milieu des décombres de la soirée des uns et des autres,  avec les premiers touristes matinaux et un jeune débile qui trouve malin d’ambiancer toute la plage avec de la techno à fond sur son ampli. Autant dire qu’on s’est pas trop attardés et après avoir flotté un temps on a fui vers le premier oued.
Heureusement, notre deuxième essai de camping a été un franc succès! Sur les conseils d’un garde nature trop gentil, nous voilà reparti le pouce en l’air sur le bord de route au beau milieu de rien, direction le premier barrage de police, puis à droite, dévaler la pente 4 minutes, et enfin tout droit derrière la première étoile jusqu’au matin. Le bonheur. Un coin sauvage au bord de la mer morte, boue à volonté, une famille de hippies à 500m pour seuls voisins, nos 7l d’eau, des pommes, des pittas et notre bonne humeur.
Voilà  qui ressemblait beaucoup plus au plan initial : de l’aventure, du désert, du chill, du temps, du silence, des étoiles et PAS de touristes!!!
Bref au lever du jour on a pensé à vous, nous vous dédions notre oeuvre d’art de boue!
DSC_0194
Con mucho amor from dead sea