Histoire de membranes….

Des petits trous, des petits trous, toujours des petits trous… Les membranes, les filtres et autres composants avec des trous jouent un rôle crucial dans le traitement de l’eau que ce soit avant son utilisation pour la purifier ou après pour la dépolluer.

On en a vu en Israël dans l’usine d’Ashkelon avec ses rouleaux de filtres, on en a vu en Inde pour purifier l’eau. bref les membranes sont partout et nous nous devions de voir les dernières innovations dans ce domaine avant de partir de Singapour. On cherche , on cherche et là: un mot attire notre “bio-mimétisme” sur la page web de Aquaporin, société productrice de filtres: un sujet banal devenait soudain très intéressant.

aquaporin_asia_blue

Nous voici donc de retour après notre passage éclair avec Ecosoftt dans GreenTech 1, ce bâtiment singapourien qui essaie d’avoir un impact quasi-nul sur l’environnement. Au sein de celui-ci, nous retrouvons Mark Perry qui nous servira de guide… Après deux diapositives, l’objectif est clair pour cette entreprise fondée en 2005 au Danemark: devenir le maitre du secteur des membranes grâce à leur technologie.
Aquaporin s’est inspiré de ce qui se fait de mieux sur terre en terme d’ingénierie: la nature! Pourquoi inventer des technologies invraisemblables quand on peut s’inspirer de ce qui existe déjà sous nos yeux? Aquaporin a donc utilisé les molécules éponymes pour mettre en place un système de filtration super efficace.
Vous savez peut-être que 60% de notre corps est constituée d’eau. Cette eau entre et sort de nos cellules pour assurer les fonctions vitales de la cellule. Peter Agre découvre à la fin du XXème siècle l’ensemble de protéines responsable de ces transferts: les Aquaporin. Il en existe de différentes sortes mais toutes présentent les mêmes caractéristiques: ultra-sélective: elles ne laissent passer que la molécule d’eau.

efficace: 1g de molécule d’aquaporin permet de filtrer 2900L d’eau par seconde!

Aquaporin a réussi à les fixer sur un support ( cela parait simple à dire mais il s’agit d’année de recherche et de plusieurs brevets déposés)! Et nous voilà donc avec une nouvelle membrane filtrante!
“Et alors” me diriez-vous? “Ils en existent déjà des membranes. Une nouvelle technologie pour quoi faire?” Et c’est là où ça devient intéressant.
Dans l’usine d’Ashkelon, pour désaliniser l’eau de mer, nécessitait une grande pression d’un côté pour faire passer les molécules d’eau de l’autre côté, les filtres retenant les ions. C’est ce qu’on appelle l’osmose inverse. D’immenses compresseurs alimentés par l’énergie d’une usine à côté permettaient de l’obtenir.
Avec ces molécules ultra sélectives et efficaces, plus besoin d’utiliser de telles pressions pour réaliser l’osmose inverse. Une pression moindre permet de faire passer les molécules d’eau de l’autre côté de la membrane. Le résultat: une consommation énergétique moindre! Alors oui, vive le biomimétisme!

dsc_0005